Recyclage de l’aluminium : comment est-il recyclé ?

Canettes de soda en aluminium
Métal recyclable à 100%, l'aluminium n'est en réalité pas si bien retraité que cela. Le tri et le traitement de ces déchets a encore de gros progrès à faire.

Présenté comme un emballage de choix et un matériau hautement recyclable, l’aluminium est utilisé dans de nombreuses industries dans le monde entier et représente donc un part très importantes des déchets ménagers et industriels. Par conséquent, sa récupération et son traitement sont essentiels.

 

Recyclage de l’aluminium à 100%

L’aluminium est quasiment recyclable à 100% et à l’infini. Le procédé de recyclage n’alterne pas le métal ni ses propriétés.
Le recyclage de l’aluminium ne consomme que 5% de l’énergie qui serait nécessaire à l’extraction et au traitement du minerai de bauxite.

Un élément parfait, comme le verre en somme ?
Oui, en théorie.

 

Des chiffres réels à nuancer

En 2009, le taux de recyclage en France était de 32% seulement pour ce minerai.
Depuis, l’aluminium est recyclé à peine à plus de 40%.
Différents programmes et modernisation des centres de tri doivent permettre d’atteindre 60 à 75% de taux de recyclage.

On estime à environ 100 000 tonnes de déchets en aluminium rejetés chaque année rien qu’en France. Et 60% proviennent… des emballages et assimilés.
Le tri des déchets et leur valorisation est donc indispensable : il y a d’ailleurs un logo recyclage affiché sur tous les emballages en alu, et il s’agit d’une habitude de tri sélectif à prendre dans chaque ménage.

Pourquoi alors n’a-t-on qu’un si faible taux dans notre Pays ?
Majoritairement à cause des petits emballages en alu, souvent trop légers et fins pour les centres de tri classiques qui n’étaient techniquement pas en mesure de séparer l’aluminium du reste.
Tout ce qui était plus petit qu’un pot de yaourt finissait dans les déchets non valorisés.

Certains pays sont bien plus avancés que la France, en ayant équipés leurs centres et acquis la capacité de collecter et traiter ce métal très tôt. Exemple avec les canettes de soda, recyclées à plus de 90% depuis des années aux Etats-Unis, en Finlande ou en Belgique.

Dès 2010, le Club de l’Emballage Léger en Aluminium et en Acier (CELAA) en collaboration avec Nespresso, a investi dans 4 centres de tri pilotes.
L’objectif de ce vaste projet était d’équiper ces centres de tri des déchets de machines capables de trier plus finement les petits emballages en aluminium, notamment grâce au Courant de Foucault. A la fois question d’image de marque pour Nespresso mais aussi de capacité de production à moindre coût, l’enseigne avait également lancé son programme de récupération des dosettes de café dans ses boutiques.

dosettes de café Nespresso avec opercule en alu

Depuis, Eco-Emballages et l’AMF (association des Maires de France) ont également investi et permis d’équiper d’autres centres de tri pour un total de 12.

 

Procédé du recyclage

Il faut d’abord trier les déchets.
Pour les gros déchets (canettes de soda, aérosols, pièces de voiture…) c’est assez facile.

Tri de déchets métaliques dans une déchèterie
Le tri est désormais facilité avec l’installation de machines à courant de Foucault (MCF). Cette roue tourne à 2 600 tr / min, induit un courant dans les déchets en aluminium qui va provoquer leur éjection dans des bacs spécifiques.

Puis par une série de traitements chimiques, broyage puis passage dans un four, on va éliminer les impuretés et résidus de l’alu (vernis, étiquettes, colle, peinture…).

Ces déchets sont fondus dans un four à 1 600°C.

Le métal fondu récupéré va être retransformé sous forme de plaques, bobines, barre ou même de lingots d’aluminium.

Enfin, de nouvelles sociétés pourront se fournir avec cette matière première pour la transformer à nouveau en produits utilisables : canettes, dosettes de café, pièces pour appareils ménagers etc.

 

Qu’est-ce que l’alu au juste ?

L’aluminium, que l’on appelle couramment l’alu, est le métal le plus abondant sur Terre.
On le reconnait facilement à sa couleur argentée, à sa légèreté et au fait qu’il est malléable. Il a également l’avantage d’être très résistant à la corrosion.
Au contact de l’oxygène, sa surface s’oxyde en effet immédiatement et crée une couche protectrice de quelques nanomètres : on dit alors qu’il s’auto-passive.

Dans la nature on ne trouve pas ce minerai sous forme de gisements, comme ce serait le cas avec l’or par exemple, car il est trop réactif.
Il se combine avec effet avec des centaines de minéraux, et c’est principalement dans le minerai de bauxite qu’on le trouve.

Rejeté massivement dans l’environnement, ou utilisé de façon excessive dans nos produits du quotidien, l’alu et ses dérivés (sels d’aluminium …) deviennent un véritable problème sanitaire et écologique.
Perturbateur endocrinien, épilepsie, problèmes cardiaques, empoisonnement des sols et des plantes… au fil des années et des études, la liste des conséquences néfastes de l’alu s’allonge inexorablement.

D’autant que les déchets à base d’aluminium mettent des centaines d’années à se dégrader dans la nature. On estime par exemple qu’une canette de soda va mettre entre 100 et 500 ans à se décomposer totalement.

canette de soda en alu écrasée et jetée

Dans quoi utilise-t-on l’alu ?

On en retrouve aujourd’hui partout, sous sa forme métallique ou via différents dérivés.

Dans l’alimentation : canette de soda, emballage alimentaire (tablette de chocolat…), film de protection (capsule de café Nespresso …), les boîtes de conserve…
Dans les cosmétiques : opercule d’un tube dentifrice, composants de déodorants…
Dans l’aéronautique pour construire des pièces des avions, ou dans l’industrie automobile.
Dans l’industrie pharmaceutique : emballage de médicaments.

Et en fait, dans de très très nombreux autres produits de la vie quotidienne, produits techniques, de la construction de divers industries.

Boites de sardine en aluminium

Si les techniques de récupération et valorisation des déchets évoluent, rappelons que le meilleur déchet reste celui qu’on ne produit pas.

 

Crédits photos : Pixabay

Partagez l'article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sommaire
Suivez-nous :
A lire

Vous aimerez aussi

Retour haut de page