Livre de Martin Hirsch : L’Énigme du nénuphar face au virus

librairie avec étagères pleines de livres
A quelle vitesse se propage le coronavirus ? Les scénarios établis sont-ils bons et les hôpitaux pourront-il tenir face à la covid19 ?

A travers son nouveau livre, le vingtième, Martin Hirsch livre ses impressions, sentiments et réflexions, captés de façon brute après de folles journées à lutter contre la pandémie.
Ne pas oublier la crise.

 

Martin Hirsch

Haut fonctionnaire français, il est le directeur général de l’APHP, l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris.

Au plus fort de la crise du coronavirus en France, il était très présent à la TV et sur les chaînes d’information, à alerter les françaises et les français sur le risque, la dangerosité et la contagiosité de ce virus. La covid19 était en train de mettre à mal tout le système de santé du pays, submergeant les hôpitaux, épuisant les soignants, conduisant les patients en réanimation…

Si un sentiment de légèreté a plané dans l’hexagone tout l’été, le directeur de l’AP-HP ne veut pas oublier cette crise. Ne pas oublier comment le pays et les scientifiques ont découvert jour après jour l’évolution de l’épidémie. Ne pas oublier qu’il a fallu mettre en place un confinement. Après tout, la deuxième vague reste possible.

 

L’Enigme du nénuphar

Publié aux Editions Stock, le livre l’Enigme du nénuphar face au virus retrace comment Martin Hirsch a vécu cette crise à la tête de l’AP-HP.
Comment les personnels soignants, applaudis à 20h aux fenêtres pendants de si longues semaines, ont lutté inlassablement et jusqu’à l’épuisement.

Comment personne ne pouvait partager d’expérience, ne savait comment gérer ni aborder cette crise. Comment le pays n’était pas prêt, que les lits et tout le matériel manquent, que chaque jour les équipes réalisent l’impossible.

Pourquoi l’énigme du nénuphar ?
Martin Hirsch raconte comment le problème lui fut posé par son père :

« Un nénuphar double chaque jour. Il met vingt-neuf jours pour couvrir l’étang. Combien de jours lui faut-il pour couvrir la moitié de l’étang ? »

La réponse est 28 jours.
En 28 jours, il couvrira 50% de l’étang. En 29 jours, il aura encore doublé et en couvrira la totalité.

Et si le virus se comportait de la même façon ?!

Quelques extraits :

« Les simulations qui étaient faites à l’AP-HP évoquaient, dans le scénario le plus pessimiste, 400 malades graves à prendre en charge. […]
Mais les calculs de Renaud Piarroux sont bien pires. Ce sont 10 000 patients qu’il faudrait accueillir dans nos 400 lits de réanimation, si on en croit ses courbes. En un quart d’heure nos certitudes vacillent
. »

« Cela veut dire que chaque jour de retard, c’est un doublement du nombre de cas, un doublement du nombre de malades graves, un doublement du nombre de morts. Chaque jour compte. »

 

Quand et comment a-t-il fait ?

Certains ont déjà pu se poser (et poser) la question sur les réseaux sociaux.
Comment aurait-il trouvé le temps d’écrire un livre en temps de crise ? Comment a-t-il réussi à rédiger autant alors que la France faisait face à une envolée des hospitalisations et frôlait la rupture du système hospitalier ?

Grâce à un dictaphone (ou un smartphone).
Tout simplement, en fin de journée, il enregistre en quelques minutes ses réflexions, ses pensées, sa colère. Il transmettra ensuite l’ensemble à son éditeur qui gèrera la retranscription, et il passera l’été à travailler sur ce livre.

 

Autres livres

Martin Hirsch a publié 19 autres livres au fil des années dont notamment :

  • La Lettre perdue
  • Cela devient cher d’être pauvre
  • L’hôpital à cœur ouvert
  • Comment j’ai tué son père

Partagez l'article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sommaire
A lire

Vous aimerez aussi

Retour haut de page