Krav Maga, un sport de combat et self-défense

Femme qui s'entraîne à frapper au krav maga
Dans un contexte de hausse des violences, le krav maga comme technique de self-défense séduit de plus en plus. Mais savez-vous vraiment d'où vient cette discipline ?

Discipline de combat qui apprend des techniques de self-défense, ce sport est parfaitement adapté à toute personne qui cherche à savoir se défendre en cas d’agression.

Il allie intensité physique, techniques de combat, maîtrise de soi et de sa peur.

 

Qu’est-ce que le Krav Maga ?

Il s’agit d’une discipline qui enseigne des techniques de self-défense en combat rapproché, basée notamment sur l’efficacité des gestes et la vitesse.

Le combattant qui maîtrise le krav maga doit pouvoir se défendre en toutes circonstances, contre tout type d’agression (à mains nues, au couteau, au bâton…), en mettant hors d’état de nuire l’agresseur de façon rapide et efficace.

Krav Maga veut dire « combat rapproché » en hébreu.

Cette technique de combat était pendant de longues années réservée à l’armée israélienne, avant d’être adaptée pour les civils et que des associations et formateurs commencent à l’enseigner un peu partout dans le monde.

 

D’où vient-il ?

L’histoire du Krav Maga est à la fois longue et très récente si l’on compare avec les arts martiaux habituels, qui trouvent des origines ancestrales.

Là, vous vous dites peut-être que vous avez regardé les épisodes de NCIS, où le personnage de Ziva David est une ancienne agent du Mossad et maîtrise ces techniques, donc vous savez tout ça !
Oui mais…

Le fondateur officiel du Krav Maga est Imi Lichtenfeld, originaire de Tchécoslovaquie avant qu’elle ne soit scindée en deux pour devenir la Slovaquie et la Tchéquie.

Imi Lichtenfeld fondateur du Krav Maga
A gauche, Imi Lichtenfeld fondateur du Krav Maga – archive wikimédia

Déjà dans sa jeunesse, Imi Lichtenfeld était déjà un excellent combattant, pratiquant plusieurs sports.
Face à la montée du fascisme, aux violences et aux agressions perpétrées contre les juifs, Imi Lichtenfeld en arrive à se battre régulièrement et à organiser des groupes de défenses contre ces agressions et l’idéologie nazie.
C’est notamment à cette période qu’il aiguise ses techniques, et met au point sa méthode de combat à mains nues face à tous types d’attaques : le Krav Maga.

Il finit par quitter le pays devenu invivable et part rejoindre l’état d’Israël (version raccourcie de ses péripéties), où il enseigne ses techniques de combat rapproché au sein des forces armées israéliennes. Au départ, seule l’armée s’entraînait au krav maga, et c’est en 1964 que la technique fut adaptée à un enseignement civil et qu’elle a commencée à se répandre.

Ce n’est que dans les années 80 que le Krav Maga commence à se répandre et à être enseigné à travers le monde.

 

Comment est-ce organisé en France ?

En France on retrouve des clubs de Krav Maga un peu partout, dans toutes les régions.
Cette discipline, bien qu’elle prenne de l’ampleur, n’est toutefois pas aussi répandue que les sports plus traditionnels, ou même les arts martiaux ancrés depuis longtemps dans l’esprit collectif (Judo, Karaté, Boxe…).

Dans une petite ville… cela risque d’être compliqué de trouver un club à proximité, mais pas impossible !

Dès qu’on s’approche d’une plus grande ville on trouve facilement des clubs de Krav Maga : Nantes, Bordeaux, Lyon, Strasbourg… des villes de tailles moyennes également sans aucune difficulté.

 

Fédérations et reconnaissance

Les clubs de Krav sont généralement (toujours ?) affiliés à une fédération.
Cela permet d’organiser des rencontres, les programmes d’enseignements, les techniques ou de passer les grades…

En revanche au niveau national, il n’existe pas de fédération de Krav Maga officiellement reconnue par le ministère des sports.
C’est d’ailleurs pourquoi les membres qui ont obtenus leur ceinture noire et qui continuent de progresser passent des « Degré » ou « Darga ». Le terme de Dan étant lui réservé justement aux fédérations officiellement reconnues, comme le Judo, le Karaté etc.

 

Qui peut pratiquer le Krav Maga ?

Tout le monde peut pratiquer ce sport de combat : hommes, femmes, jeunes, moins jeunes…

Il vous sera en revanche demandé un certificat médical de votre médecin, attestant que vous avez une bonne condition physique et que vous êtes capables de suivre l’entraînement.

Il existe comme pour tous les sports de combat différents niveaux, et on peut évidemment appréhender cette discipline au niveau débutant.

La variété des styles de combat, l’intensité physique des entraînements peuvent déconcerter.
On se demande alors s’il faut au préalable déjà maîtriser d’autres arts martiaux, ou avoir pratiqué de la boxe avant de prendre des cours de Krav Maga.

En réalité, pas du tout.
On peut débuter la saison sans n’avoir jamais ni combattu, ni pratiqué le moindre art martial.

En revanche il est fortement conseillé d’avoir une bonne condition physique : être capable de faire de la gym, de courir, avoir un minimum d’endurance…

Les entraînements sont en effet soutenus, même pour les débutants.
Car rappelons-le, l’objectif n’est pas juste de se défouler après une journée de boulot, mais bien d’apprendre à combattre et à se défendre en cas d’agression.

technique de self-défense en cas d'agression
auto-défense

 

Quels sont les styles de combat au Krav Maga ?

Cette discipline a la particularité de regrouper différentes techniques et différents styles, pour s’adapter à toute situation.

Lors des entraînements, les élèves apprennent donc à travailler et répéter de nombreux gestes et enchaînements.

 

Technique et shadow

C’est la base.
Avant de pouvoir affronter réellement un adversaire, il est essentiel de connaître son corps et les premiers gestes à placer.

2 partenaires s’entraînent en face à face. Ils vont répéter encore et encore des mouvements : uppercut, crochet, parade, coup de pied au ventre…
Le travail de la technique est lent.

Le partenaire passif ne répond pas aux coups, il encaisse, puis les deux élèves alternent.
Ici la frappe n’est pas systématique, on peut très bien juste toucher son partenaire, ou ne pas du tout porter le coup.

Avec ce travail de technique, le débutant apprend à jauger les distances, à se placer et se déplacer, à répéter un geste.
La gestion de la distance et du déplacement est absolument essentielle : savoir reculer ou se déplacer soit pour porter un coup, soit pour ne pas être à portée de frappe.

Entraînement de krav maga
s’entraîner à frapper

Un autre mode est la pratique du shadow : on se bat contre un adversaire imaginaire, et on va essayer de se déplacer, esquiver et porter des coups, pour pouvoir ensuite réaliser les mêmes enchaînements face à un partenaire.

 

Combat souple

Dans ce type de combat, les deux adversaires se battent et doivent porter les coups.

Nécessairement, la vitesse est un peu plus rapide, les frappes s’enchaînent davantage.
Toutefois, il convient de travailler la maîtrise : l’objectif n’est pas d’éclater la tête du partenaire !

On garde le rythme, on ne s’emporte pas, on ne répond pas avec violence.
Un débutant qui ne se maîtrise pas et se laisse emporter peut blesser son adversaire.

Cela permet de travailler réellement les déplacements et les gestes, mais aussi les parades et les esquives. L’ambiance doit rester zen, mais sérieuse.

 

Combat appuyé

Réservé aux pratiquants avancés, le combat appuyé gagne en vitesse et en puissance de frappe.

Ici, les élèves entraînent leur capacité à encaisser les coups, à gérer le stress et la peur face aux chocs et aux risques de blessure.

On se rapproche d’une situation réelle, ou l’adversaire peut vous blesser et où il faut une plus grande maîtrise technique.

 

Combat dur

Pour passer des grades et obtenir des ceintures, il faut réussir des épreuves très encadrées.

Le combattant doit montrer qu’il gère la technique en situation de peur et de stress, qu’il garde toute sa lucidité et la maîtrise de soi.

Les débutants ne doivent jamais pratiquer le combat dur.

 

Avec ou sans gants

Pour la pratique de la technique ou du shadow, comme pour le combat souple, on peut s’entraîner avec ou sans gants de boxe.

Le minimum obligatoire pour cette protection est 10 OZ.

Avec les gants, on se rapproche toujours plus d’une situation réelle et on va porter les coups, en frappant le ventre, la tête…
En combat souple avec protection, on va aussi porter des protège-tibias et frapper avec les jambes.

Les gants servent également à pratiquer les parades : on bloque encore et encore les coups de poings ou de pied, pour apprendre à placer sa défense.

 

Avec armes

Grosse différence par rapports à la majorité des arts martiaux, et ce qui en fait vraiment un système de self-défense : au Krav Maga on s’entraîne avec des armes (fausses, bien sûr !).

Couteau, bâton, arme à feu…

On apprend à parer une attaque au couteau tout en mettant hors d’état de nuire l’agresseur, ou à bloquer un coup de matraque.

Le premier enseignement est d’ordre psychologique : éviter l’état de tétanie dans lequel se retrouve une victime.
Réussir à surpasser le stress et la peur, à garder sa lucidité, pour réagir et se protéger même face à un agresseur armé.

 

Quelle différence avec les autres arts martiaux ?

La principale différence avec les autres sports de combat (boxe anglaise, savate…) ou les arts martiaux (judo, taekwondo…) est qu’au krav maga la règle, c’est pas de règle !

Bien sûr attention, cela ne veut pas dire que lors des entrainements vous pouvez briser le crâne de votre partenaire impunément, ne tombons pas dans cette sauvagerie qui défraye la chronique.

Non cela signifie qu’un combattant de krav ne s’impose pas de règle éthique lorsqu’il doit se défendre face à une agression.
Dans d’autres sports, on vous dira de ne pas frapper sous la ceinture, de ne pas toucher la gorge ou ne pas viser les yeux.

Combat de boxe sur un ring
Combat de boxe sur un ring

Ici, l’objectif est de mettre hors d’état de nuire l’agresseur, ou tout du moins repousser une attaque, pour survivre. Frappe aux parties, coup porté à la gorge, frappe pour viser le KO, doigts dans les yeux… tout est enseigné.

D’ailleurs on ne cherche pas toujours la victoire et on ne compte pas les points.

Très souvent, il est question d’apprendre à parer un coup tout en en donnant suffisamment pour repousser l’attaquant, et fuir.

Un boxeur saura certes se défendre s’il a des ennuis dans la rue, mais le but de son sport est de distribuer les directs et les crochets sur un ring, avec un arbitre qui compte les points.
Il n’est jamais confronté à un adversaire qui va l’attaquer sans éthique et sans règles.

Dans la rue, dans le métro, en rentrant de soirée ou sur un parking, le krav maga doit vous permettre d’éviter un coup de couteau létal, éviter un viol ou un passage à tabac.
Une fois l’agression déjouée, vous fuyez et appelez les secours.

 

L’esprit

Le Krav Maga n’est pas qu’un sport de combat qui se résume à taper, taper et encore taper.
Le mental et la maîtrise de soi sont absolument essentiels et sont constamment travaillés.

Un combattant ceinture noire serait un adversaire des plus redoutables si quelqu’un avait l’idée de l’agresser.
Pour un débutant ou un avancé, l’objectif est déjà de maîtriser sa peur et de pouvoir effectuer des mouvements appris en cours.

Car il y a une énorme différence entre l’entraînement dans un cadre connu, avec des gens de confiance, en toute sécurité, et la situation stressante et choquante d’une agression réelle.

Choc psychologique, perte de moyens, manque de coordination, incapacité à se défendre… face à un agresseur en pleine rue, la théorie s’évapore et seule une bribe de réflexes reste.
Et c’est cela qui peut faire la différence entre la survie et le coup de couteau létal, entre la fuite et le passage à tabac : à force d’exercice, gagner cette fraction de seconde qui permet de réagir et parer un coup par réflexe tout en frappant l’adversaire aux parties et le mettre KO.

C’est pour cela qu’il y a des mises en situations, des accessoires, des jeux de rôle, et que les enchaînements sont répétés encore et encore.

La personne qui s’entraîne ne doit plus être tétanisée à la vue d’un couteau, ou d’un type violent tout en muscles et qui fait 1 tête de plus.
A force de pratique, on gagne en sérénité, en confiance en soi, on développe une plus grande maîtrise de ses émotions : peur comme colère.

 

L’aspect légal

L’auto-défense dans un Etat de droit ne veut pas dire que tout est permis en toutes circonstances.

Les enseignants de krav maga recentrent généralement les techniques qu’ils montrent dans un contexte, notamment d’actualité.
La notion de réponse proportionnée et gradée est aussi évoquée et rappelée.

Notons encore une fois que l’objectif premier du krav maga est l’auto-défense et la survie.
Selon le contexte, l’enseignant vous dira en premier lieu de jeter vos clés, votre portable ou votre portefeuille à l’agresseur et de prendre la fuite à toutes jambes.

Si la fuite est impossible, si l’attaque est imminente, si vous devez protéger votre vie ou celle de quelqu’un : là vous utilisez vos techniques de self-défense.

 

Quelle tenue pour s’entrainer au krav maga ?

La base de la tenue est d’avoir une paire de tennis, un t-shirt et un pantalon léger et souple.

Ensuite viennent les protections, indispensables et obligatoires : gants de boxe, protège tibias, coquille.

Pas obligatoire mais très fortement recommandé aussi : pensez au protège dents.

Ensuite selon le club que vous rejoindrez et les types d’entraînements, on peut vous demander d’acheter un casque de protection.

 

Quels sont les risques de blessures ?

Le risque de blessure est bien réel mais limité, et ce pour plusieurs raisons.

Comme nous l’avons vu précédemment, le combat dur est réservé à un cadre très strict, et le combat appuyé n’est normalement pratiqué que par des membres gradés.

Les débutants, qui ne maîtrisent pas encore leurs frappes, doivent se limiter au combat souple pour éviter les blessures.
Logiquement un pratiquant gradé aura une meilleure maîtrise et ne vous blessera que rarement.
Le risque de blessure est en réalité plus élevé chez les débutants, qui peuvent s’emporter et frapper trop vite, trop fort ou mal viser.

Les protections sont également là pour réduire les risques.

Toutefois, il s’agit d’un sport de contact : fatigue, mauvaise maîtrise du coup porté, égo qui incite à frapper plus vite et plus fort son adversaire, mauvais mouvement… le risque zéro n’existe pas.

Le plus souvent, vous ressortirez des entraînements avec pas mal de bleus aux bras ou aux jambes : après avoir répété 50 fois le choc d’un bâton ou la parade d’un coup de poing… forcément le corps garde des traces.

Notez que cela peut aussi être bénéfique pour toute personne un peu craintive, qui doute de ses compétences ou de son caractère : vous vous rendez vite compte que oui, vous êtes parfaitement capable d’encaisser les chocs, sans que cela ne vous arrête.

 

Les ceintures et les degrés

Comme dans d’autres sports, les passages de grades sont matérialisés par des ceintures de couleur.

Le débutant ne porte aucune ceinture, contrairement au judo où il aurait une blanche par exemple.

Puis avec chaque année de pratique vient une couleur :

  • Jaune
  • Orange
  • Verte
  • Bleue
  • Marron
  • Noire

Une ceinture noire pratique donc le Krav Maga depuis 6 ans, et a réussi des épreuves devant un jury au niveau fédéral.

Ensuite, il n’y a pas de « dan », on passe un « degré » ou un « darga » selon les fédérations.

 

En conclusion après cette longue présentation, si vous cherchez à pratiquer un sport de combat qui vous permette de vous défendre, le Krav Maga est tout indiqué.

Dites-nous si en ce début de saison vous vous êtes lancés dans cette discipline 😉

Partagez l'article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sommaire
Suivez-nous :
Retour haut de page